Comment soigner la rétinopathie diabétique ?


   La rétinopathie diabétique engendre la formation de néo-vaisseaux, le risque est que cela entraîne une hémorragie à l'interieur de l'oeil. Cette maladie compte plusieurs étapes, la dernière étant la cécité si la maladie n'est pas soignée à temps. La rétinopathie diabétique ne se guérit pas, il est impossible de faire disparaître les vaisseaux. Mais nous allons voir qu'il existe des traitements permettant d'éviter une hémorragie, le meilleur moyen d'éviter la cécité étant de prévenir cette maladie.


1. Prévention

Le meilleur traitement de la rétinopathie diabétique est préventif : un bon équilibre du diabète et de la tension artérielle permettent de diminuer le risque d’apparition de la rétinopathie diabétique et de ralentir sa progression. 


  • pour les diabètes de type 1, la prévention de la rétinopathie diabétique se fait par la prise d'insuline. Cette hormone va permettre un bon équilibre du diabète, pour diminuer le risque d'apparition de néovaisseaux. Le patient peut faire un dosage d'hémoglobine glycosylée.
  • pour les diabètes de type 2, pour prévenir la rétinopathie diabétique, il faut faire attention à ne pas être en surpoids, à réguler son taux de glycémie en effectuant un dosage d'hémoglobine glycosylée. Enfin, en dernier recours, le patient peut prendre de l'insuline.

Il est bien sûr très important d'effectuer des visites régulières chez l'ophtalmologiste pour être sûr qu'un oedème n'est pas apparu. Enfin, il est nécessaire  d'aller voir l'ophtalmologiste dès que la vision commence à baisser, même si cela n'est pas forcément très gênant, la maladie peut vite évoluer.

Il est évidement bien plus simple de prévenir cette maladie que de la guérir. Donc les personnes qui ont du diabète doivent être suivies par un ophtalmologiste pour pouvoir dépister la maladie avant qu'elle ne soit proliférante.


2. Traitement médical

La rétinopathie diabétique peut être tout simplement soignée par un bon équilibre du diabète. En effet, l’équilibration stricte et prolongée de la glycémie permet de réduire sa progression.

La tension artérielle doit être également équilibrée au mieux. Une étude récente a en effet montré que le maintient d’une pression artérielle stictement inférieure à 150 / 85 mm Hg permettait de réduire la progression de la rétinopathie diabétique.


  • Chez les diabètes de type 1, l'équilibre glycémique ralentit la progression de la rétinopathie ainsi que l'injection d'insuline.
  • Chez les diabètes de type 2, l'équilibre glycémique ainsi que le contrôle de l'hypertension arterielle sont recommandés pour ralentir la progression de la maladie.
  • Les antiagrégants plaquettaires ne sont pas d'une efficacité certaine, leur utilisation est de moins en moins recommandée.
Une auto-surveillance glycémique est donc recommandée aux personnes ayant du diabète. Elle consiste à prélever une goutte de sang au bout du doigt et à la déposer sur une bandelette. Ensuite un lecteur de la glycémie va indiquer la quantité de glucose présente dans le sang.




3. Traitement par photocoagulation au laser

Le traitement spécifique de la rétinopathie diabétique proliférante est la photocoagulation panrétinienne, ou PPR, au laser. Le rayonnement du laser est capable de transporter une grande quantité d'énergie qui pourra être projetée à un endroit précis de l'oeil, dans le cas d'une PRP, elle sera projetée sur toute la rétine périphérique.

  • Traitement de la rétinopathie diabétique proliférante : le laser permet d'obtenir une regression de la néovascularisation dans 90% des cas et ainsi d'éviter la cécité liée à la rétinopathie diabétique proliférante.         
  • Traitement de la maculopathie diabétique : il est indiqué lorsque le patient a une baisse visuelle significative et prolongée, il s'agit d'une photocoagulation, qui, au mieux, peut ralentir la baisse de vision.


Destruction extensive des zones d'ishémie par la PRP, épargnant uniquement la papille et la macula, permet la régression des néovaisseaux.



4. L'opération chirurgicale : La vitrectomie                                      

La chirurgie va servir à enlever le sang présent dans l'humeur vitré. Le patient est allongé sur le dos en milieu stérile et l'opération est réalisée sous microscope.


Mais cette opération n'est réalisée que si les autres traitements ne sont pas possibles. Elle représente un geste chirurgical majeur, car le corps vitré est retiré. Selon les cas, des gestes complémentaires seront associés : coagulation des néovaisseaux, laser endoculaire, injections intraoculaires (gaz, huile de silicone), suture d'un matériel synthétique sur la paroi externe de l'oeil, pelage maculaire.


Mais il peut y avoir des incidents ou difficultés préopératoires, rares et imprévisibles. Ils peuvent conduire à renoncer à l'intervention ou a sa poursuite. Il s'agit essentiellement de l'atteinte du cristallin, de déchirures rétiniennes, d'un décollement de la rétine, d'hémorragies dans le vitré.                                           


Dans la très grande majorité des cas, la qualité de la vision dépend de l'état de la rétine avant l'intervention, des difficultés préopératoires éventuelles et de l'évolution post-opératoire. Une hémorragie intraoculaire peut persister ou récidiver. Une ou plusieurs interventions complémentaires sont parfois nécessaires ; un traitement laser postopératoire peut être nécessaire. Le maintien prolongé de la tête dans une position particulière est nécessaire en cas de présence de gaz intraoculaire. Les voyages aériens sont alors contre-indiqués temporairement. En cas d'anesthésie générale pour un autre motif, la présence de gaz doit être signalée. En cas d'injection d'huile de silicone intraoculaire, une réintervention est habituelle pour la retirer.


  • La présence d'autres lésions de l'oeil peut limiter la récupération visuelle. 
  • Les soins locaux sont réduits à l'instillation de gouttes, à l'application d'une pommade et au port d'une protection selon des modalités et durant une période qui vous seront précisées par votre chirurgien. Il est parfois nécessaire de procéder à l'ablation des fils de suture.
  • L'activité professionnelle, l'utilisation de machines ou d'instruments dangereux, la conduite automobile sont déconseillées pendant une période limitée qui sera définie par votre ophtalmologiste.


Vitrectomie

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site